2012 Brighton Conférence

12ème Conférence Internationale de Domitor Brighton, 18–22 juin 2012

La Performance de Nouveaux Médias, 1890–1915

La Douzième Conférence Internationale de Domitor aura lieu à l’University de Brighton à Brighton, Royaume-Uni. Jusqu’à date, c’est la plus grande conférence de Domitor, et celle-là va étudier la relation entre la performance et les technologies de médias au bout du XXème siècle, comme la lanterne magique,le phonographe, et le film. Il y aura aussi de nombreux débats hors du sujet principal, une première pour une conférence de Domitor. Les événements de la soirée pourraient inclure une projection des films de “l’école de Brighton,” et un spectacle de lanterne magique.

L’APPEL AUX EXPOSÉS

Des années 1890 jusqu’à la fin de la Deuxième guerre mondiale, une culture d’images projetées nouvelle surgissait. Les comédien(ne)s, entrepreneurs(-euses), les scientifiques, et d’autres ont engagé les lanternes magiques et les cinématographes dans une variété de contextes qui ont formulé et ont exprimé l’importance sociale, culturelle et commerciale de ces nouveaux médias.

Étant donné que ces technologies d’écran muets ont presque toujours demandé une accompagnement (parole, musique, effets de son) et que la combinaison de diapositives de lanternes et de films courts ont créé des programmes variés et parfois complexes – ces événements ont effectivement toujours été des performances. Projectionnistes, exposants, talents sur scène, accompagnateurs(euses) musicaux, et l’équipe technique ont tous contribué aux performances qui pourraient inclure la musique en direct, la chanson, les lectures, la narration ou les effets de son en union avec les images projetées. La croissance de ce média nouveau a aussi précipité la montée d’une nouvelle industrie du film et a aussi donné naissance au concept du ‘cinéma.’ Autour le monde, les cinémas construits spécialement avec ce but ont ouvert leurs portes dans les années 1900, et ont créé des lieux nouveaux et distinctifs. Cependant, cette pratique d’écran n’était pas encore ‘pure’ (uniquement l’usage de média filmique) comme ces lieux étaient aussi des sites actifs de l’exposition de films parmi des performances multidisciplinaires. Découvrir la nature et l’emploi de ces performances hybride et de ces nouveaux médias aux multiples facettes à ce moment historique crucial (“l’invention du cinéma”) et l’analyse de leurs significations sociales, culturelles, économiques et idéologiques fournit cette conférence avec son sujet et son but. Après avoir engagé cette conversation à Brighton trois décennies et demi après la conférence célèbre de FIAF en 1978, nous désirons adresser et développer l’historiographie du cinéma des premiers temps à la lumière de ces explorations nouvelles de la nature intermédiaire et performative des médias contemporains et nouveaux.

Les exposés étudieront plusieurs domaines d’intérêt tels:

  • Histoires et théories de nouveau média et d’ancien média/la pratique à l’écran 1890-1915 – contestation de l’historiographie établie par l’étude de l’histoire à l’écran/théorie en contexte de ‘performance’
  • Pratiques de nouveaux médias – origines et histoires: le rôle des comédiens et leur création de programmes; la combinaison de lanterne et du cinématographe durant la performance; l’emploi de lecteurs, narration, musique, chanson et son; la montée du spectacle de nouveau média itinéraire et l’emploi de réseaux/circuits de lieux; l’histoire et la dispersion de performances techniques.
  • Le rôle des politiques de sexe, race et classe qui formulent ces pratiques.
  • La nature sociale, culturelle, commerciale et idéologique de ces programmes.
  • Performance et professionnalisation
  • L’industrialisation de la lanterne des années 1880s et son impact sur la performance (par exemple la montée de fabricants dévoués aux projecteurs de lanterne et aux diapositives, la normalisation des formats de diapositives, la production des catalogues et l’introduction de systèmes de distribution.
  • La relation particulière entre la lanterne magique et le cinématographe
  • L’emploi du son enregistré comme une performance constituante
  • Les performances de nouveaux médias dans le contexte de pratiques nationales et transnationales
  • Les lieux pour cette histoire et leurs programmes de nouveaux médias, cultures et spectateurs (cela inclut les premières cinémas spécialement construits pour ce but)
  • Programmes de nouveaux médias et la ville 1890-1915: tourisme, culture, divertissement et le développement économique (par exemple Brighton et les stations balnéaires à la fin de l’époque Victorienne)
  • Nouveaux médias et ses relations intermédiaires et intertextuelles avec d’autres pratiques de performance (par exemple, la cirque, vaudeville, pantomime, le théâtre et le spectacle itinérant)
  • La relation entre la théorie de performance et la performance de nouveaux médias, 1890-1915
  • Recherche de nouveaux médias et sa performance: les épreuves et les chances archivales
  • La relation (parfois historiographiquement et théoriquement tendue) parmi les nouveaux médias du XIXème, XXème et XXIème siècles.