Colloque de Rochester 2018

15e COLLOQUE INTERNATIONAL DOMITOR, Rochester, New York, 13-16 juin 2018

Le cinéma des premiers temps et la question de la provenance

Appel à contributions >>


La fondation même de Domitor en tant qu’association internationale de recherche sur le cinéma des premiers temps fut, il y a exactement 30 ans, le résultat d’un important retour aux archives. La reconsidération des copies et des collections de films, qui continue d’être portée par Domitor, a permis d’approfondir la connaissance historique des procédés, des styles, des pratiques culturelles et intermédiales propres aux pionniers du medium, tout en conduisant à une approche ascendante de l’histoire, basée sur la recherche en archives et implicitement ancrée dans la provenance du cinéma des premiers temps. Central en histoire de l’art, le questionnement de la provenance est essentiel pour déterminer les origines, l’histoire et la transmission des œuvres.

En tant qu’œuvres matérielles, les premiers films ont souvent une histoire à raconter. Pourtant, la question de leur provenance a rarement été interrogée, tant au niveau de la migration des films et des fonds, que dans l’identification de ceux qui y ont eu accès et qui ont développé, détenu, transformé les collections. Le parcours des films — d’un format à l’autre, des producteurs aux collectionneurs, des distributeurs aux centres d’archives — a façonné l’histoire et l’historiographie du cinéma. Désormais, compte tenu de la diffusion croissante des films par les médias numériques aussi bien que de leur recyclage dans les pratiques expérimentales, il devient primordial d’apporter une plus grande attention à la provenance.

Étudier la provenance peut nous fournir une puissante heuristique pour évaluer la circulation des films dans l’histoire. Comment relier la provenance matérielle d’une copie à l’histoire esthétique et culturelle ? En quoi, par exemple, peut-on utiliser la provenance pour penser la circulation et l’influence culturelles des idées, des images, des styles, des techniques et des brevets ? Que nous dit la provenance des collections à propos du patrimoine cinématographique et de la manière d’y privilégier certaines œuvres par rapport à d’autres ? Et en quoi la provenance de l’inexistant, les copies perdues et les films oubliés, nous parle-t-elle aussi des aversions de l’histoire ? À l’occasion du 30e anniversaire de Domitor, ce colloque s’intéressera à ces questions fondamentales autour de la provenance et du cinéma des premiers temps.

Sujets de conférence possibles :

  • Théories et méthodologies de la provenance applicables à l’historiographie du cinéma
  • Histoires de collections et/ou de copies spécifiques
  • Comment certaines copies et/ou collections ont façonné l’histoire du cinéma
  • L’inexistant : histoires de disparitions et de pertes
  • L’histoire des médias racontée par la matérialité des productions
  • Films en versions multiples, unicité et circulation des copies
  • Circulation des copies et migration des formes cinématographiques entre les médiums, ou entre les cinématographies nationales
  • L’histoire matérielle en relation avec la « remédiation » (Bolter et Grusin), l’intermédialité ou l’archéologie des médias
  • Les premières théories du cinéma et leurs généalogies intellectuelles
  • Provenance des « séries culturelles » (par ex. théâtre, fééries, lanternes magiques) et des pratiques du cinéma des premiers temps
  • La négociation de certaines copies et de leur réutilisation dans l’art et l’avant-garde
  • L’échange de stocks de films, de techniques et de brevets
  • La circulation des copies d’exportation et des copies d’occasion
  • L’exposition des documents d’archives par les cinémathèques et les festivals
  • Formats et métrages : copies réduites, visionnage domestique et histoires des projections hors salle
  • La lisibilité de la provenance sur support numérique
  • L’archéologie du cinéma des premiers temps au regard des médias contemporains

Nous sommes en particulier intéressés par des articles qui étudient l’histoire et l’héritage des lieux du cinéma des premiers temps au-delà de la période 1890-1915. Le cinéma s’étant développé de façon variable dans le monde, les articles adoptant une vision large du cinéma des premiers temps par rapport à la question de la provenance sont bienvenus.

Modalités de soumission des propositions

Les propositions sont à envoyer à domitor2018@gmail.com jusqu’au 1er octobre 2017. Toute question sur le colloque doit également être envoyée à cette adresse. Les propositions de communications individuelles ne devront pas dépasser 300 mots, auxquels s’ajoutent une bibliographie de trois à cinq sources et une brève notice biographique. Les propositions peuvent être rédigées en anglais ou en français. Seuls les contributions écrites dans l’une de ces deux langues pourront être présentées au colloque. Lors du colloque, les interventions ne devront pas excéder la durée maximale de 25 minutes de présentation (éléments audiovisuels inclus) et le quota de 3 300 mots. Les textes définitifs devront être soumis avant le 30 avril 2018 pour en permettre la traduction simultanée.

Les propositions de panels préconstitués de trois participants seront également étudiées. Celles-ci doivent être adressées par le président ou la présidente de séance et se composer du regroupement des propositions de contributions individuelles et d’une brève présentation expliquant la raison d’être du groupe.

Bien que l’adhésion à Domitor ne soit pas nécessaire pour soumettre une proposition, toute personne présentant une communication lors du colloque devra être membre de l’association : domitor.org/fr/adhesion. Pour plus d’information sur Domitor, l’association internationale de recherche sur le cinéma des premiers temps, nous vous invitons à visiter le site domitor.org.